Nos équipes sont pleinement investies pour assurer la continuité de vos services. Afin de garantir au mieux notre réactivité, nous vous invitons à effectuer l’ensemble de vos démarches via votre espace dédié, sur ce site, et à privilégier notre formulaire de contact pour toute demande. Nous vous remercions par avance de la compréhension dont vous saurez faire preuve.

Accueil > Morsure canine : surveillance nécessaire

Morsure canine : surveillance nécessaire

Ces derniers mois, les articles alarmistes se sont multipliés dans la presse grand public et ont mis en lumière la gravité de certaines morsures canines en lien avec des contaminations bactériennes. Si le risque existe, il reste rare.

La bactérie Capnocytophaga canimorsus

La bactérie Capnocytophaga canimorsus fait de nouveau parler d'elle. Recemment, l'histoire de Greg Manteufel a fait la une des journaux. Cet homme agé de 49 ans, originaire du Wisconsin, a dû être amputé des avants bras, des jambes et d'une partie de son nez après sêtre fait lecher par son chien 

Présente dans la flore gingivale de nombreux chiens et chats, mêmes ceux en bonne santé, ce germe peut se transmettre à l'Homme par morsure, léchage ou simplement par proximité avec les animaux.

Même si le risque d’une telle contamination bactérienne reste rare, il ne doit pas être occulté et tout signe d’infection après une morsure canine doit conduire à une prise en charge médicale.

Les signes d'infection après une morsure 

Une primo-infection par Capnocytophaga canimorsus après une morsure de chien est rare mais peut être difficile à identifier et rapidement mortelle, rappellent les auteurs d'une recente étude issue du Case reports in critical care d'août 2018.

Ils décrivent un cas de choc septique fatal survenu chez une patiente sans facteurs de risque spécifiques deux jours après une morsure de chien anodine en Italie. 
La patiente a été conduite à l'hôpital de Modène (Italie) en raison d'un état mental altéré, de fièvre et d'une douleur abdominale. En quelques heures, elle a présenté une hypoxie et une cyanose puis une grave hypotension avec un état de choc. Malgré le traitement mis en œuvre, elle est morte d’un arrêt cardiaque. 

La description de ce cas montre que, même chez les patients sans facteurs de risque spécifiques, les signes d'infection après une morsure de chien ne doivent jamais être sous-estimés et doivent être rapidement traités par une antibiothérapie même avant l'apparition d'un dysfonctionnement organique