Nos équipes sont pleinement investies pour assurer la continuité de vos services. Afin de garantir au mieux notre réactivité, nous vous invitons à effectuer l’ensemble de vos démarches via votre espace dédié, sur ce site, et à privilégier notre formulaire de contact pour toute demande. Nous vous remercions par avance de la compréhension dont vous saurez faire preuve.

Accueil > L’abandon des animaux carnivores domestiques

L’abandon des animaux carnivores domestiques

Si de multiples raisons pourraient expliquer un tel agissement, rien ne justifie l’abandon d’un animal.

Il existe cependant des situations d’abandons involontaires et d’autres contraints.

Pour comprendre le sujet, et freiner ces situations, il est important de s’attarder sur certains points.

 

Un animal qui entre en fourrière peut être un animal qui a fugué ou a été perdu, et qui a été ramassé sur la voie publique alors qu’il était en état de divagation, échappant à la surveillance et à la responsabilité de son maitre.

Ce dernier dispose d’un délai de 8 jours ouvrés pour venir le récupérer. Faute de quoi, celui-ci sera confié à un refuge pour être proposé à l’adoption.

Si tous les animaux en état de divagation n’ont pas été abandonnés par leurs maitres (fugue, perte..), l’avenir de ceux-ci, passé les 8 jours réglementaires, relève du même parcours que celui d’un animal abandonné.

Qu’est-ce qu’un animal en divagation

La divagation n'est définie précisément par la loi que pour les chiens et les chats (article L. 211-23 du Code rural).

La loi précise qu’est « considérée comme en état de divagation tout chien qui, en dehors d'une action de chasse ou de la garde ou de la protection du troupeau, n'est plus sous la surveillance effective de son maître, se trouve hors de portée de voix de celui-ci ou de tout instrument sonore permettant son rappel, ou qui est éloigné de son propriétaire ou de la personne qui en est responsable d'une distance dépassant cent mètres. »

Les animaux en situation de divagation sur la voie publique doivent être pris en charge selon l’article L.211-27 du Code rural : « Le maire peut, par arrêté, à son initiative ou à la demande d’une association de protection des animaux, faire procéder à la capture de chats et chiens non identifiés, sans propriétaire, vivant seul ou en groupe dans des lieux publics de la commune, afin de faire procéder à leur stérilisation et à leur identification conformément à l’article 276-2, préalablement à leur relâcher dans ces mêmes lieux. Cette identification doit être réalisée au nom de la commune ou de ladite association.

La gestion, le suivi sanitaire et les conditions de la garde au sens de l’article 211 de ces populations sont placés sous la responsabilité du représentant de la commune et de l’association de protection des animaux mentionnée à l’alinéa précédent. »

Les animaux sont alors pris en charge par les services de fourrière de la commune.

Au-delà du délai de 8 jours ouvrés qui permet à leurs propriétaires de les récupérer, les animaux sont alors cédés à des refuges qui les prennent en charge pour les proposer à l’adoption.

Abandons « sauvages » et Abandons « propres »

Sans attendre la définition précise des différents types d’abandon, on peut distinguer néanmoins l’abandon « sauvage » où l’animal est attaché ou encore enfermé, lâché dans la nature, livré à lui-même, sans soin, alimentation ni eau (...) de l’abandon « propre », en refuge.

En effet, certaines situations ne peuvent trouver de solution. Parfois, certains propriétaires se retrouvent contraints d’abandonner leur animal. Par exemple, lorsqu’une personne senior isolée doit quitter son domicile pour partir vivre en milieu médicalisé qui n’autorise pas l’animal.

Il est alors essentiel de l’abandonner dans les meilleures conditions possibles et dans le respect de l’animal, c’est-à-dire auprès d’un refuge qui veillera à prendre l’animal en charge et à lui retrouver un foyer.

La première démarche est alors de regarder quel est le refuge le plus proche de chez soi.

Bien souvent, les abandons de ce type se font, en refuge, sur rendez-vous.

En effet, dans le respect de l’animal et pour son avenir, il est important d’informer les équipes du refuge de son passé, son comportement, ses habitudes et de la raison de son abandon. Ces précieuses informations faciliteront son adoption.

Freiner l’abandon

La relation quotidienne de l’homme à l’animal de compagnie passe par une « Possession Responsable », depuis l’acquisition de l’animal, son intégration dans le foyer et dans la société, la consommation des produits qui le concernent et sa santé jusqu’à son décès.

En effet, si la possession d’un animal représente de nombreuses sources de satisfaction, elle implique également des contraintes, mais aussi des devoirs.

L’acquisition d’un animal doit donc faire l’objet d’une réelle réflexion. Plus celle-ci est aboutie, plus l’accueil d’un animal dans un foyer est organisé, plus la relation tissée avec l’animal est enrichissante pour chacun. Ce qui contribue assurément à éviter l’abandon.

Quelques pistes pour la possession responsable d’un animal :

- L’acquisition d’un animal ne doit pas se faire dans l’impulsion.

- L’animal doit être identifié (obligatoire, l’identification est le seul lien officiel entre l’animal et son maitre) et stérilisé (afin d’éviter les portées non désirées, sources d’abandons).

- L’animal doit être correctement soigné, alimenté et hydraté, à la mesure de ses besoins.

- Il doit vivre dans des conditions de confort et de sécurité qui contribuent à son bien-être.

 - ll doit faire l’objet d’attentions (activités, contacts avec des congénères et membres du foyer)

- Lors de départ en vacances, sa présence doit être considérée. Dans le cas où il est impossible de l’emmener, l’animal doit être confié à une personne responsable (à titre gracieux ou onéreux).

- L’animal doit bénéficier d’une éducation adaptée. Cela lui permet de vivre en harmonie avec ses congénères et les humains, quel que soit son âge.

- Il ne doit pas faire l’objet d’activités illégales (combats, spectacles ..) ou de maltraitance, volontaire comme involontaire (Si la maladie expose l’animal à la souffrance, le vétérinaire doit tout mettre en œuvre pour la soulager.

Il convient par ailleurs de respecter la loi et les décisions locales concernant son espèce.

Le respect des lois évite en effet de s’exposer à des poursuites qui pourraient nuire au devenir de son animal (port de la muselière, ramassage des crottes, aboiements…).

En somme, il s’agit avant tout d’aimer l’animal !

 

En savoir davantage

Des campagnes menées contre l’abandon 

De bonnes questions à se poser 

La lutte contre l’abandon