Attention : le centre d’appels téléphoniques I-CAD sera exceptionnellement fermé demain, jeudi 23 mai, de 12h30 à 13h00. Nous vous prions de nous en excuser et vous remercions de la compréhension dont vous saurez faire preuve.

Grognements : des différences selon le contexte

 

 

Les humains attribuent assez facilement des émotions aux différentes vocalisations de chiens en fonction du contexte dans lequel elles surviennent mais il semble plus difficile de faire de même avec les grognements et de différencier ceux émis de manière ludique de ceux qui sont menaçants. Leurs variations et différences ont été étudiées.

Contexte

Le grognement est un son émis par les chiens et qui est souvent considéré comme une mise en garde bien qu'il puisse aussi être émis lorsque l'animal est enjoué.

Une étude hongroise s’est penchée sur cette contradiction et a analysé les grognements émis dans trois contextes sociaux : garde de nourriture, menace à l’approche d’un étranger, séance de jeu avec le propriétaire.
 

Résultats de l’étude

Des sons de grognements enregistrés ont été diffusés à 40 personnes qui devaient en évaluer la charge émotionnelle et deviner le contexte (agressivité, crainte, mal-être, joie).

Les candidats ont obtenu la bonne réponse dans 63 % des cas, ce qui signifie que les humains sont capables d'interpréter correctement les grognements d'un chien. 

Les femmes ont par ailleurs eu un meilleur score que les hommes. 

Les propriétaires de chiens se sont également montrés plus doués que les autres participants pour l'interprétation. 

Une suite de grognements rapides et courts est généralement associée au jeu tandis que des grondements plus longs traduisent une attitude agressive. 

A l'écoute d'un grognement isolé, aucun des participants n’a été capable de définir l'état d'esprit de l'animal. Les humains ne semblent donc être capable d'interpréter les grognements que s’ils en entendent plusieurs à la suite. 

 

 

*publiée le 17 mai 2017 dans la revue Royal Society Open Science.