Accueil > Les puces, c’est aussi un problème en hiver !

Les puces, c’est aussi un problème en hiver !

 

On entend encore souvent dire qu’il y a une « saison à puces » et les propriétaires de chiens et de chats pensent être relativement tranquilles en hiver. Il n’en est pourtant rien et le traitement antiparasitaire devrait être poursuivi toute l’année.
 

Biologie de la puce

La nécessité de poursuivre le traitement antiparasitaire externe de son animal en hiver
s’explique par la biologie particulière de la puce.

Les puces évoluent dans le pelage, se nourrissent très vite, pondent les premiers œufs en 24 à 36 heures puis tombent sur le sol, là où dort l'animal.

Les œufs se développent en 1,5 à 10 jours selon la température et l'environnement. On distingue trois stades de larves. Au stade intitulé L3, elles forment un cocon au sein duquel la pupe est capable d'attendre jusqu'à 6 mois des conditions de développement favorables.

A 27° C, la température optimale pour le cycle d’une puce, la totalité se déroule en 15 à 16 jours. A 19° C, le cycle nécessite une trentaine de jours mais il se réalise. 

La température des habitations pendant l’hiver permet donc la réalisation du cycle des puces.

 

Un mode de vie qui favorise la contamination parasitaire

Un autre élément justifie la poursuite d’un traitement antiparasitaire hivernal : le mode de vie des animaux de compagnie qui a considérablement évolué ces dernières années.

Les chiens et les chats vivent à l’intérieur des foyers chauffés et, qui plus est, recherchent les sources de chaleur (radiateur, cheminée…), propices au développement rapide des puces.

Il n’y a donc plus de « saison à puces » et le traitement antiparasitaire ne devrait pas être stoppé en hiver.