Accueil > Toutes les actualités > Des selfies pour étudier le vieillissement des chiens

Des selfies pour étudier le vieillissement des chiens

 

Des chercheurs britanniques ont recours aux selfies de chiens pour étudier leur vieillissement et l’impact du stress sur ce phénomène.

 

Contexte

Les scientifiques de l'université de Salford (Manchester) collectent des selfies de chiens avec leurs propriétaires afin d'étudier les signes de stress chez le chien*. 

Les images envoyées au Dogs’ Life Project doivent être prises de face, les yeux du chien visibles et le genre, l’âge et le type de propriétaire (premier propriétaire, chien adopté, autre) précisés. 

Leur étude vise à déterminer les signes conduisant au vieillissement prématuré et au décès prématuré chez le chien en identifiant les anomalies entre l’âge réel et l’âge biologique, liées à l’état de santé. 

Le chien connu pour avoir été le plus âgé au monde est un Australian Cattle Dog qui avait 29 ans et 5 mois. 

 

Résultats

Les photos sont analysées par intelligence artificielle pour détecter les détails du vieillissement, dont la couleur du pelage, le relâchement des mâchoires et la brillance des yeux. Ces détails permettent de comparer l’âge biologique à l’âge réel. 

On suppose que les chiens adoptés meurent plus jeunes parce qu’ils ont eu des conditions de vie difficiles au début de leur vie mais cela n’est pas prouvé. 

L’équipe de Salford indique que si elle peut mesurer l’impact de certains facteurs de stress et d’anxiété sur la longévité d’un chien, elle peut identifier des conseils à donner, des situations à éviter et d’autres à encourager. 

Un système permettant de mesurer l’âge biologique d’un chien par scanner facial pourrait aider les vétérinaires. 

 

* Université de Salford, 10 septembre 2018.