Accueil > Toutes les actualités > Bien-être des chiens en refuge : des critères d’évaluation

Bien-être des chiens en refuge : des critères d’évaluation

Pour évaluer le bien-être des chiens en refuge, une approche multiparamétrique est nécessaire. C’est ce que vient de prouver une étude sur le sujet. 

 

Peut-on concilier bien être et vie en refuge ?

Bien-être et vie en refuge sont deux notions a priori difficilement conciliables. En effet, les animaux qui arrivent en refuge peuvent facilement être déboussolés au départ car déstabilisés par un brutal changement d’environnement.

A la charge émotionnelle de l’abandon, s’ajoutent des conditions de vie auxquelles ils ne sont généralement pas habitués : à l’extérieur, en chenil, au milieu d’aboiements incessants et surtout en état d’isolement social.

La conséquence est la naissance potentielle d’une véritable détresse affective qui peut se transformer en anxiété.

Le bien-être est donc difficilement préservé.

 

Une étude menée sur 71 chiens 

Une étude récente* a évalué l'état de bien-être d'un groupe de chiens au cours du premier mois après leur entrée dans un refuge en utilisant différents paramètres du stress.

Des échantillons sanguins et fécaux ont été recueillis chez 71 chiens à leur admission au refuge. Chez 46 d'entre eux, l'échantillonnage a été répété quatre semaines plus tard. Des biomarqueurs connus du bien-être, comme le cortisol fécal et les globules blancs (leucocytes), ainsi que certains paramètres innovants (ß-endorphine et lysozyme) ont été déterminés.

Certains marqueurs du bien-être ont diminué alors que d’autres, comme les lymphocytes, ont augmenté après quatre semaines par rapport aux premiers jours en refuge, ce qui suggère une amélioration du bien-être des chiens avec le temps.

Une analyse plus poussée a permis de mettre en évidence des associations négatives entre différents paramètres traditionnellement associés au bien-être ou plutôt au mal-être.

Cette étude confirme les relations complexes entre l'axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien et le système immunitaire ainsi que l'importance d'une approche multiparamétrique dans l'évaluation du bien-être.

* Animals, 11 juin 2019,

Photo @markuswinkler