Le site sera indisponible le mercredi 25 mai entre 12h30 et 13h00 pour cause de maintenance. Merci de votre compréhension.

Accueil > Toutes les actualités > Animal en ville : rôle et responsabilités des municipalités

Animal en ville : rôle et responsabilités des municipalités

chat errant

Chaque année, le magazine 30 Millions d’Amis publie le palmarès des villes les plus « animal friendly », dans lesquelles il fait bon vivre avec son animal.

Cette problématique de l’animal en ville prend une importance particulièrement marquée à mesure que les animaux de compagnie sont, comme leurs maîtres, de plus en plus urbains.

Les municipalités ont par ailleurs des devoirs à l’égard des animaux et plus globalement de la condition animale. Certaines communes choisissent même de désigner un élu en charge de la question animale.

Gestion des chats errants

Première problématique à laquelle doivent faire face les municipalités : la gestion des chats errants.

La loi contre la maltraitance animale promulguée en fin d’année 2021 prévoyait dans sa version initiale une obligation pour les municipalités d’organiser des campagnes de stérilisation de chats errants. La version finale n’a pas retenu ce principe d’obligation et l’a remplacé par une expérimentation sur 5 ans avec les collectivités locales volontaires.

Pour lutter contre la surpopulation féline, le choix des municipalités est souvent de contractualiser avec une association de protection animale qui réalise ces campagnes de stérilisation.

Incombe également au maire la gestion des animaux errants sur le territoire de sa commune, quelle que soit leur espèce. Le maire dispose en effet d’un pouvoir de police en matière de divagation des animaux selon le Code rural et le Code général des collectivités territoriales.

Les chiens et chats trouvés errants sont ainsi généralement conduit à la fourrière où est vérifiée leur identification sur le fichier national I-CAD et contacté leur propriétaire le cas échéant. Ce dernier dispose d’un délai légal de 8 jours ouvrés pour venir chercher son animal en échange du paiement d’un forfait pour les frais d’hébergement et de nourrissage.

La gestion des animaux ni domestiqués, ni sauvages 

Le gestionnaire de la fourrière peut ensuite décider de livrer l'animal à un refuge animalier de l'euthanasier, si aucun refuge ou aucune famille d'accueil ne se présente pour accueillir l'animal. Il en est de même pour les animaux non identifiés.

Les villes ont également à gérer le problème des animaux liminaires, c’est-à-dire qui vivent dans le voisinage de l’Homme sans être totalement sauvages ni domestiqués. C’est le cas par exemple des rats et des pigeons.

Leur gestion relève du choix individuel des communes qui peuvent, à l’instar de la ville de Bordeaux par exemple, développer un plan de gestion préventif des pigeons en développant des méthodes douces et non létale comme des pigeonniers contraceptifs ou le relargage de produits répulsifs.